Ça pédale cool en Aude, ça pédale dur dans les Pyrénées Ariégeoise et ça pédale douce à Toulouse 

Hérault, Aude Pyrénées ariégeoises, Toulouse – Du 21 Juillet au 08 Août

Ça pédale cool en Aude, ça pédale dur dans les Pyrénées Ariégeoise et ça pédale douce à Toulouse 

Douce tristesse de quitter la famille Dao, excitation constante de reprendre la route, fatigue d’une semaine intense… Voilà les sentiments avec lesquels nous repartons en selle !

Les paysages enchanteurs des gorges de l’Orb nous accompagnent encore quelques kilomètres avant de laisser place à la vigne de St Chinian. C’est la première fois que l’Educologîte roule dans le vin français…
Les premières gorgées sont agréables, les vignes sont belles sur leurs coteaux à flanc de forêt. Très vite à mesure des coups de pédales, les gorgées suivantes deviennent âpres et pic le palet. Cette monoculture intensive nous racle la gorge ! Les tracteurs défilent pour déverser leurs produits chimiques. On peut lire la détresse des vignerons, qui derrière leur masque d’astronaute anti cancer, ont certainement un peu honte de cette partie de leur métier.

Cela nous fait l’effet d’un élevage industriel ! Élevage industriel végétal en monoculture où les vignes sont faibles, tristes et malades. En créant des univers aussi propices aux maladies, la seule réponse apporté depuis plus de 70 ans est celle d’arroser les plantes et le sol de chimie… Véritable crime contre le vivant (et contre nous-même). Heureusement que de plus en plus de vignerons, n ‘écoutent plus cette réponse mortelle et exercent leur métier de passionné en entretenant la vie et le plaisir. Nous débattons sur nos vélos sur le faite que bientôt, les plantes auront elles aussi le droit d’être élevé avec respect.

À ce sujet, savez-vous que les plantes discernent les formes et les couleurs, mémorisent des données et communiquent entre elles ? Qu’elles ont une personnalité et développent une forme de vie sociale basée sur l’entraide et l’échange ? Qu’elles représentent 99% de la biomasse sur terre et qu’elles vivraient très bien sans nous ? Par contre nous ne survirerions pas longtemps sans elles… Le premier à parler de l’intelligence des plantes était ce fameux Charles Darwin. La Suisse est le premier pays au monde à leur reconnaître des droits… Ça fait réfléchir et débattre, surtout à dos de vélo ! 

Nous arrivons à Carcassonne pour une journée d’approvisionnement. Il fait chaud, très chaud et la citadelle dégouline de touristes perdus entre les churros, les glaces et les arnaques médiévale… Décidèment l’Educologîte à du mal à retrouver l’optimisme !
Il revient grâce à une rencontre : le soleil est au moins aussi bas que nos batteries et Agnès croise notre route alors que nous faisons du porte-à-porte pour trouver un endroit au planter notre tente pour la nuit. La suite est d’une logique débordante d’humanité : elle nous invite dans le jardin de ses parents, toute la famille nous accueil et nous sommes également convié à manger avec Agnès pour discuter voyage… Et vélo, car Agnès prépare un tour du monde à pédale !!! L’optimisme est bien revenu :)

Toujours le même cap sud – sud-ouest pour arriver dans la surprenante petite ville de Foix, protéger par son beau château, porte d’entrée des Pyrénées Ariégeoises. Nous renouons avec la grimpette, celle qui nous fait monter au-dessus des nuages. L’énergie des Pyrénées est partout : sur le marché de Massat où il fait bon d’échanger avec des producteurs et où l’on croise un jeune couple dans la même démarche que la nôtre, dans une ferme pas comme les autres où l’on cueille soi-même ses myrtilles… Autant vous dire que Juliette repart la bouche toute bleue et le ventre bien rond :) 

Nous redescendons la rivière à vélo jusqu’à la première maison d’ Homo sapiens : la grotte du Mas d’Azil. Rempli, d’histoire et de préhistoire, nous faisons une halte dans le présent, au lycée des bois. Projet d’école porté par une famille originaire et original de Suisse. L’intuition y est stimulée autant que l’intellect. En 1-2 ans,il est possible d’obtenir un bac, et cela avec 2h de cours par jour. Le reste du temps est consacré à la vraie vie : jardin, construction, activités artistiques et gestion de l’école. Nous passons les repas à échanger sur la vie et sur nos voyages respectifs : la famille à traversée la France à pied et avec leurs ânes pour mener une transition douce vers leur nouvelle vie. Maria participe aux premières étapes de fabrication du fromage de chèvre aux côtés de Zois, 15 ans et déjà responsable d’un petit troupeau à 4 pattes ! Vous pouvez apprécier son projet juste ici !

 

 

 

 

Changement de cap ! Cap au Nord ! Cap Toulouse ! 
Après quelques dodos dans des fermes trouvées spontanément sur la route (ou sur les marchés), nous subissons les chaleurs à l’approche de la ville rose. Sensation de rouler au-dessus d’un barbecue à cuisson lente mais intense, nous comprenons définitivement que traverser les villes en vélo n’est pas notre truc. L’Educologîte en finit même pas dormir dans un hôtel de seconde classe pour clôturer une soirée de mésaventures…

La récompense, nous la trouvons dans un petit village au nord de Toulouse où nous retrouvons le cousin de Hugo pour quelques jours. La famille s’est faite pour ça ! On se sent comme à la maison l’espace d’un temps et on recharge les batteries (au sens propre comme au figuré) pour la dernière partie de notre voyage.

La prochaine étape est un éco lieu pour le XXI siècle : TERA que l’on hâte de découvrir ! 

Les rencontres de l’Educologîte Tour :